Pablo de Sarasate

(1844 - 1908)

Pablo de Sarasate

English Version

Biographie

Si pendant le mois de juillet, vous visitez la ville de Pampelune, au nord de l'Espagne, vous trouverez sans doute que l'activité y est plutôt confuse. Vous risquez de voir des gens massés sur les boulevards ou penchés aux balcons, regardant de jeunes hommes courir comme des fous à travers les rues, poursuivis par des taureaux en colère. Mais ceci n'est pas confus..., pas pour la ville de Pampelune. C'est la Fiesta de San Fermín, qui a lieu chaque année, et pendant laquelle des matadors amateurs courent dans les rues de Pamplune, chargés par des taureaux jusqu'à l'arène de la ville.

Mais si vous vous aventurez un pei plus loin dans la ville, peut-être près du conservatoire de musique, vous risquez de découvrir que ce jour-là, une autre fête est célébrée, en l'honneur de l'un des fils les plus renommés de Pampelune, Pablo de Sarasate, violiniste et compositeur.

Né Pablo Martín Melitón de Sarasate y Navascuéz le 10 mars 1844, à Pampelune, dans la province espagnole de la Navarre, Pablo commença à étudier le violon à l'âge de cinq ans avec son père, chef de fanfare dans l'artillerie. Plus tard, le jeune Pablo prit des leçons avec un professeur de la ville. Il donna son premier concert à La Caruña, alors qu'il n'avait que huit ans.

Ses premières performances ayant été bien accueillies, Pablo reçut de part d'un riche mécène une bourse, afin que ses parents puissent l'emmener à Madrid pour étudier avec Manuel Rodríguez Saez. Très rapidement, le jeune violoniste devint l'un des artistes les plus appréciés à la cour de la reine Isabel II.

Lorsque Pablo avait douze ans, sa mère décida de l'emmener à Paris, pour qu'il devienne l'élève du célèbre professeur Jean Alard, au conservatoire de Paris. Le jeune garçon et sa mère décidèrent de voyager par train jusqu'a Paris, mais peu après le passage de la frontière, une tragédie se produisit. La mère de Pablo eut une attaque cardiaque foudroyante, et décéda. De plus, lorsque l'enfant fut pris en charge par les autorités espagnoles, à Bayonne, on découvrit qu'il avait le choléra.

Heureusement, le consul Espagnol à Bayonne recueillit Pablo dans sa propre demeure jusqu'à ce qu'il soit guéri, puis finança son voyage à Paris. Une fois sur place, Pablo passa une audition auprès de Monsieur Alard, qui décela immédiatement chez le jeune Espagnol un vrai talent de musicien.

Bien que le jeune violoniste eût pu remporter tous les honneurs au conservatoire peu de temps après son arrivée, son prudent professeur préféra le garder en retrait. Mais quand Pablo eut 17 ans, Alard lui permit d'entrer en compétition pour gagner le premier prix tant convoité. Sarasate le remporta facilement. Avec cet honneur, le plus haut du conservatoire, il obtenait virtuellement la garantie d'une carrière artistisque.

Au début de sa carrière, Sarasate jous des fantaisies d'opéra (surtout la fantaisie de Carmen), et d'autres morceaux de sa propre composition. La plupart de ses créations avaient une saveur espagnole, et c'est surtout grâce à lui que la musique de ce pays gagna en estime aux yeux des grands compositeurs Européens de l'époque. Il suffit d'écouter certaines grandes oeuvres, comme la Symphonie espagnole de Lalo (dédicacée à Sarasate), Carmen de Bizet et Introduction et rondo capriccioso de Saint-Saëns (également dédicacée à Sarasate) pour reconnaître clairement l'influence de la musique espagnole sur ces compositeurs distingués.

George Bernard Shaw a dit une fois que bien qu'il y ait beaucoup de compositeurs de musique pour le violon, il y avait peu de compositeurs de musique de violon. Mais à propos du talentueux Sarasate, à la fois en tant que musicien et compositeur, il a dit qu'il "il laissait les critiques s'essoufler à des kilomètres derrière lui." En effet, les quatre volumes de danses espagnoles pour violon et piano écrites par Sarasate ont été les préférés de plusieurs générations de personnes, et son Zigeunerweisen pour violon et orchestre demeure encore aujourd'hui un standard de concert.

Sarasate était un véritable gentilhomme Espagnol, et il était toujours impeccablement habillé. Bien qu'il eût vraiment reçu des milliers de lettres d'amour dans sa vie, il ne s'est jamais marié. Cependant, il est toujours resté très galant envers le sexe faible, et se conduisait comme un chevalier Espagnol, dans le sens traditionnel du terme. On dit qu'il gardait tout le temps plusieurs éventails espagnols pour les offrir à ses admiratrices à la fin des concerts.

Sarasate est devenu un homme riche, mais il était également généreux. Il a acheté une villa à Biarritz, mais retournait chaque année sa ville pour célébrer la Fiesta. Pendant qu'il regardait depuis un balcon les charges des taureaux à travers les rues de Pampelune, les habitants acclamaient l'enfant du pays. Lorsqu'il mourut de ronchite chronique, dans sa demeure de Biarritz, en 1908, il légua la plupart de ses biens matériels à la ville de Pampelune, où ils se trouvent aujourd'hui, dans un musée spécial portant son nom, dans le conservatoire. Mais son souvenir et sa musique, il les laissa au monde entier.

Sarasate autograph


Oeuvres

Opus Composition Instrumentation
Fantaisie Caprice Violon & piano
Souvenir de Faust Violon & piano
Mazurka Mi Violon & piano
No. 1 Fantaisie de La forza del destino Violon & piano
No. 2 Homenaje a Rossini Violon & piano
No. 3 La dame blanche de Boildieu Violon & orchestra
No. 4 Réverie Violon & piano
No. 5 Fantaisie de Romeo and Juliette Violon & piano
No. 6 Caprice de Mireille Violon & piano
No. 7 Confidences Violon & piano
No. 8 Souvenir de Domont Violon & piano
No. 9 Les Adieux Violon & piano
No. 10 Sérénade Andalouse Violon & piano
No. 11 Le sommeil Violon & piano
No. 12 Moscoviènne Violon & piano
No. 13 Neuveau Fantaisie de Faust Violon & orchestre
No. 14 Fantaisie de Der Freischütz Violon & orchestra
No. 15 Mosaíque de Zampa Violon & piano
No. 16 Gavota de Mignon Violon & piano
No. 17 Priére et Berceuse Violon & piano
No. 18 Airs espagnols Violon & piano
No. 19 Fantaisie de Martha Violon & piano
No. 20 Zigeunerweisen Violon & orchestre
No. 21 Malagueña y Habanera Violon & piano
No. 22 Romanza andaluza y jota navarra Violon & piano
No. 23 Playera y zapateado Violon & piano
No. 24 Capricho vasco Violon & piano
No. 25 Fantaisie de Carmen Violon & orchestre
No. 26 Vito y habanera Violon & piano
No. 27 Jota aragonesa Violon & piano
No. 28 Serenata andaluza Violon & piano
No. 29 El canto del ruiseñor Violon & orchestra
No. 30 Bolero Violon & piano
No. 31 Balada Violon & piano
No. 32 Muñeira Violon & orchestre
No. 33 Navarra Violon & orchestre
No. 34 Airs Écossais Violon & orchestre
No. 35 Peteneras, caprice espagnol Violon & piano
No. 36 Jota de San Fermín Violon & piano
No. 37 Zortzico Adiós montañas mías Violn & piano
No. 38 Viva Sevilla! Violon & orchestre
No. 39 Zortzico de Iparraguirre Violon & piano
No. 40 Introduction et fandango varié Violon & piano
No. 41 Introduction et caprice-jota Violon & orchestre
No. 42 Zortzico Miramar Violon & orchestre
No. 43 Introduction et tarantelle Violon & orchestre
No. 44 La chase Violon & orchestre
No. 45 Nocturno — Serenata Violon & orchestre
No. 46 Gondoliéra Veneziana Violon & piano
No. 47 Melodía rumana Violon & piano
No. 48 K'Esprit Follet Violon & orchestre
No. 49 Canciones rusas Violon & orchestre
No. 50 Jota de Pamplona Violon & orchestre
No. 51 Fantaisie de Don Giovanni Violon & piano
No. 52 Jota de Pablo Violon & orchestre
No. 53 La Rève Violon & piano
No. 54 Fantaisie de Die Zauberflöte Violon & orchestre

Trouves partitions de Sarasate chez

Romanza Andaluza, Op. 22, No. 1


Les biographies

Site crée et entretenu par John Craton.
E-mail.

Traductions en français: Sandrine Delrieu
Copyright © 1999-2012 by John Craton